Atteindre l'excellence : Assurer l'équité

Objectif : Assurer l'équité

Un des meilleurs atouts de l'Ontario est sa diversité. Tirer parti de cette diversité, aller au-delà de la tolérance et miser sur l'acceptation et le respect nous permettront d'atteindre notre objectif de faire du système d'éducation de l'Ontario le plus équitable au monde. Quiconque fréquente notre système d'éducation public, quels que soient ses antécédents et ses circonstances personnelles, doit se sentir engagé et inclus.

Les écoles de l'Ontario doivent être des endroits où chaque personne peut réussir dans une culture d'attentes élevées, et où l'ensemble des éducateurs et des élèves valorisent la diversité, font montre de respect mutuel et s'identifient dans leur apprentissage. Il est particulièrement important d'offrir les meilleures occasions d'apprentissage et le meilleur soutien possibles aux élèves qui risquent de ne pas réussir. Ceux-ci comprennent souvent, sans s'y limiter, les élèves autochtones, les enfants et les jeunes pris en charge, les enfants et les élèves ayant des besoins particuliers, les nouveaux arrivants et les enfants issus de familles aux prises avec la pauvreté.

Durant les dix dernières années, nous avons centré nos efforts sur l'élimination des obstacles qui pourraient empêcher chaque enfant et chaque jeune de réaliser son potentiel. Aujourd'hui, nous en constatons les résultats, dont la transformation de la culture dans les écoles, qui voit maintenant la diversité comme un facteur de succès, et non plus comme un obstacle. Le principe fondamental derrière ces efforts est que chaque élève a la possibilité de réussir, peu importe les facteurs tels que l'ascendance, la culture, l'origine ethnique, le sexe, l'identité fondée sur le genre, la langue, les capacités physiques ou intellectuelles, la race, la religion, l'orientation sexuelle ou la situation socioéconomique.

Grâce aux efforts et au dévouement de nos professionnels de l'éducation, les écarts de rendement se sont réduits et, dans certains cas, ont été comblés. Par exemple, les élèves de l'élémentaire qui participent au programme d'actualisation linguistique en français ont un rendement qui se rapproche de celui de l'ensemble des élèves. L'écart entre les garçons et les filles se rétrécit également, tout comme l'écart entre les élèves du palier élémentaire ayant des besoins particuliers et l'ensemble des élèves du même palier. Nous devons poursuivre nos efforts dans cette direction, mais aussi pousser plus loin ce que nous avons déjà accompli pour offrir aux élèves le soutien dont ils ont besoin.

L'équité et l'excellence vont de pair. L'Ontario a sans aucun doute réussi à combler les écarts pour beaucoup d'apprenants, mais il faut poursuivre nos efforts pour aider les élèves qui ont le plus de difficultés.

Pourquoi est-ce nécessaire?

Il est clair que lorsque les élèves se sentent accueillis et acceptés dans leur école, ils sont plus susceptibles de réussir à l'école. C'est avec un système d'éducation équitable que nous aiderons tous les élèves à atteindre l'excellence.

L'une des grandes forces du système d'éducation financé par les fonds publics de l'Ontario est son engagement à aider tous les apprenants – de la petite enfance à l'âge adulte – à réaliser leur plein potentiel. L'éducation ouvre les portes à tout un chacun, et favorise la justice et l'égalité sociales. En tant qu'Ontariennes et Ontariens, nous célébrons et valorisons notre diversité, et c'est ce qui rend notre société meilleure et plus forte.

Pendant les périodes de transition que nous savons difficiles, le soutien aux élèves est un facteur important pour veiller au respect du principe d'équité. Il y a plusieurs périodes de transition principales pendant lesquelles les élèves ont besoin d'une plus grande attention : le passage de la maison à la maternelle, du jardin d'enfants à la 1re année, du palier élémentaire au palier secondaire, du palier secondaire aux études postsecondaires, de l'école au marché du travail ainsi que d'une école et d'une communauté à une autre.

Outre les transitions vécues par tous les élèves, il y a aussi celles qui sont propres aux circonstances de chaque élève. Par exemple, un jeune pris en charge pourrait vivre la transition du domicile de ses parents à celui de ses tuteurs et en même temps changer d'écoles, ou des élèves autochtones pourraient passer d'une école située dans une réserve à une école du système provincial. De telles situations peuvent s'avérer particulièrement difficiles. Lorsque les élèves se sentent dépassés, le système d'éducation doit être en mesure de les appuyer dans ces transitions et de leur donner l'occasion de réussir. C'est en fournissant le soutien requis durant ces transitions que nous améliorerons le rendement de tous les élèves.

Nous savons que certains élèves autochtones, jeunes pris en charge, élèves ayant des besoins particuliers et élèves qui vivent une transition ont des difficultés, mais nous savons aussi qu'il y a d'autres élèves qui sont à risque. Par exemple, nous savons que certains élèves qui suivent des cours appliqués ont du mal à terminer l'école secondaire. C'est pourquoi nous devons utiliser les données sur le rendement des élèves à la disposition des conseils scolaires pour nous assurer que le soutien fourni est axé sur les élèves qui en ont le plus besoin, quelles que soient leurs circonstances personnelles.

Nous aspirons à un système d'éducation qui veillera à la réussite de chaque enfant et qui l'appuiera, peu importe les circonstances, grâce à d'excellents services de garde d'enfants, un programme stimulant d'apprentissage des jeunes enfants, la maternelle et le jardin d'enfants à temps plein, des programmes scolaires motivants et des milieux bienveillants – tout au long de son cheminement vers l'une des quatre destinations postsecondaires : la formation par l'apprentissage, le collège, l'université ou le marché du travail.

« Le système d'éducation ontarien est diversifié : 27 p. cent des élèves sont nés à l'étranger et 20 p. cent font partie de minorités visibles. Toronto, la plus grande ville de la province, est l'une des villes les plus cosmopolites du monde. » [traduction]
   – OCDE, Strong Performers and Successful Reformers in Education: Lessons from PISA for the United States, 2011, p. 71

Plan d'action

Pour atteindre la réussite, l'Ontario fera ce qui suit :

  • intervenir rapidement et efficacement auprès des enfants et des élèves qui éprouvent des difficultés;
  • accroître la connaissance et la compréhension de la culture et de l'histoire des Premières Nations, des Inuits et des Métis afin d'enrichir les expériences d'apprentissage de tous les élèves autochtones et non autochtones;
  • offrir un meilleur soutien à la transition des élèves des Premières Nations entre les écoles situées dans les réserves et les écoles publiques;
  • offrir de nouvelles occasions d'apprentissage et de perfectionnement professionnel en ligne au personnel enseignant et aux élèves, particulièrement dans les communautés rurales et éloignées, notamment des stages d'éducation coopérative virtuels;
  • favoriser l'intégration des services d'éducation dans les services offerts aux enfants et aux jeunes ayant des besoins particuliers par d'autres ministères et d'autres partenaires communautaires;
  • continuer l'identification exacte et à jour des enfants et des jeunes ayant des besoins particuliers;
  • augmenter le soutien scolaire et offrir des programmes motivants aux jeunes pris en charge;
  • faire en sorte que le système d'éducation des adultes offre un meilleur appui aux apprenants adultes qui veulent terminer leurs études secondaires et commencer des études ou une formation postsecondaires ou aller sur le marché du travail;
  • encourager et respecter les besoins culturels et linguistiques des Premières Nations, des Métis, des Inuits et des francophones.

Pour évaluer les progrès accomplis afin de réaliser cet objectif, l'Ontario fera ce qui suit :

  • surveiller le taux d'obtention de diplôme et les écarts de rendement chez certains groupes, comme les élèves des Premières Nations, inuits et métis, les enfants et les jeunes pris en charge et les élèves ayant des besoins particuliers;
  • mettre en place des mesures pour favoriser l'engagement et le sentiment d'appartenance des élèves, particulièrement ceux qui risquent d'avoir un rendement faible;
  • déterminer le nombre d'adultes en Ontario qui obtiennent leur diplôme d'études secondaires chaque année et voir combien d'entre eux réussissent leur transition aux études postsecondaires, à la formation ou au marché du travail.

On nous a dit :

« Dans notre culture, nous croyons que chaque enfant est doté de talents…Que feront les écoles pour découvrir et cultiver ces talents? »
   – Un participant autochtone aux consultations

Pratiques prometteuses pour l'avenir

Le programme Biwaase'aa, de portée générale, est offert aux élèves autochtones et non autochtones dans sept écoles élémentaires de Thunder Bay. Des intervenants communautaires auprès des jeunes offrent des programmes durant et après le jour de classe, comme le mentorat, l'accompagnement en littératie et numératie, les programmes alimentaires et la sensibilisation aux compétences culturelles. Ces efforts sont déployés pour toute la communauté scolaire et soutenus par des enseignements culturels pertinents et par la création de liens entre les familles, les écoles et les aînés.

Pour en savoir plus :